L’eau est l’élément principale de votre aquarium, il est important de la connaître. Pour respecter les besoins de vos pensionnaires, comprendre certains problèmes et prévenir de catastrophes, vous devez pouvoir la tester et analyser les paramètres de votre eau. Il existe différents moyens de tester l’eau de son aquarium mais avant de se lancer, il est important d’avoir compris un peu mieux ce que sont les paramètres physico-chimiques de l’eau.

Pourquoi tester l’eau de mon aquarium ?

Connaître les propriétés chimiques de l’eau

L’analyse de l’eau permet de déterminer sa nature et sa qualité. Cela permet de savoir si mon eau du robinet est de qualité suffisante pour l’aquariophilie ou si je dois trouver une autre source. Cela permet aussi d’identifier quels poissons sont susceptibles de s’adapter le mieux dans l’eau que nous avons. Chaque espèce a des besoins différents.

Les paramètres que nous étudions en aquariophilie sont : le potentiel Hydrogène (pH), la Dureté totale (GH), la Dureté carbonatée (KH),  les Nitrites (NO2), les Nitrates (NO3), la Température, l’Ammonium (NH4), les Phosphates (PO4), les Silicates (SiO2), le Calcium (Ca), le Fer (Fe), le Cuivre (Cu), le Magnésium (Mg) et les taux de Dioxyde de Carbone (CO2) ou d’oxygène (O2) dissous dans l’eau.

Ne prenez pas peur. Ils ne sont pas tous nécessaires.

Avec l’expérience, pas mal d’aquariophiles averti se limitent à la température et la dureté de l’eau dans la gestion courante. Ils ont appris à connaitre leur bac qui est souvent déjà mature, les comportements normaux et anormaux des habitants mais ils n’hésitent pas à ressortir leur mallette de tests en cas de maladie, pour déclencher une reproduction ou accueillir des spécimens sauvages ou particulièrement délicats.

Analyser ou prévenir certains trouble

L’analyse de l’eau permet d’anticiper certaines maladies ou problèmes avant qu’ils ne soient fatales pour vos pensionnaires.

Vous aurez beau essayer toutes les langues, accents et intonations, jamais un poisson ne vous indiquera clairement sa maladie. Il faudra mener l’enquête.

Les tests d’eau rendent plus facile l’identification d’un éventuel problème car ils vont permettre de réduire les possibilités.

Par exemple, le fait que mes escargots remontent tous en surface peut indiquer :

  • Une montée de nitrites,
  • Un manque d’oxygène,
  • Leur comportement habituel à l’extinction des feux.

Un changement d’eau serait une réponse adaptée et rapide aux deux premières hypothèses mais le test de mon eau me permettra d’anticiper un potentiel nouveau pic dans les jours suivants et un manque d’oxygène me permettra de considérer l’ajout de plantes ou d’un bulleur alors que des paramètres ok me rassurerons.

Quand tester l’eau de bac ?

Les premiers tests seront pour vérifier le bon déroulement du cycle de l’azote. On se contentera de tester les nitrites pour connaitre la date du pic. Ensuite, on test l’eau quand on veut peupler son aquarium, afin de déterminer la population que l’on notre eau permet de maintenir. Comme précisé plus tôt, il faut en faire à la moindre anomalie ou doute sur votre bac pour établir un diagnostique. Enfin dans une gestion courante, les tests de contrôle se font de manière hebdomadaire avant les changement d’eau et si possible toujours à la même heure.

Les paramètres d’eau de l’aquarium

Quels sont les principaux paramètres de l’eau à connaitre ?

Il existe plusieurs paramètres d’eau important à connaitre pour votre aquarium. Ce ne sont là que les paramètres de base, le minimum à savoir pour un aquarium classique.

  • La température
  • Le pH : taux d’acidité de l’eau
  • Le GH : détermination de la dureté totale
  • Le KH : stabilité du pH de l’eau (dureté carbonatée)
  • Le NO2 : détermination de la teneur en nitrite, composé d’azote toxique pour les poissons
  • Le NO3 : détermination de la teneur en nitrate, nutriments pour les plantes mais toxiques en forte doses pour les crevettes et certains poissons.

Les paramètres environnementaux

Les paramètres GH, KH, pH et température doivent être au plus proche de l’eau du milieu d’origine de votre animal (surtout si vous possédez des individus sauvages). Dans la nature, l’eau peut être filtrée au travers de roches calcaires ou avoir une grande quantité de végétaux en décomposition … Ces différents facteurs environnementaux font que l’eau sera plus dure ou plus acide dans une région que dans une autre.

Ces paramètres déterminent les espèces que vous pouvez ou non maintenir dans votre aquarium. Certaines espèces ne supportent aucun écart et d’autres sont plus tolérantes. Les individus d’élevage sont en général plus tolérants.

La dureté totale, c’est la mesure de tous les minéraux présents dans l’eau. Ce paramètre ne doit pas ou peu varier et est déterminant dans le choix de vos poissons. Elle est le plus souvent exprimé en degré allemand GH mais peut aussi être exprimée en degré français le TH. Il existe de nombreux convertisseur en ligne pour pouvoir passer de l’un à l’autre facilement. Une eau dure a un GH supérieur à 15, une eau douce à GH inférieur à 10. Certaines espèces amazonienne par exemple ne tolèrent pas plus qu’un GH de 5.

La dureté carbonaté est une partie des minéraux composés de carbone présents dans l’eau. C’est un paramètre important car il permet de tamponner le pH et ses variations potentiellement dangereuses. Le KH c’est aussi le TA ou le TAC, il peut être converti en ligne.

Le pH va déterminer si votre eau est basique (pH +7), neutre (pH = 7) ou acide (pH – 7). La majorité des poissons d’élevages sont habitué à un pH de 7. Ce paramètre doit être stable car des variations peuvent être mortelles pour les poissons. Une chute de pH brutal peut provoquer une acidose qui est généralement foudroyante pour les poissons. L’augmentation de pH est moins risquée mais à éviter tout de même. La mesure de ce paramètre se fait grâce aux tests en goutte ou à un Ph mètre.

La température est très importante, elle influe directement sur le cycle de vie des poissons. De plus de hautes températures gêne la dissolution de l’oxygène dans l’eau et il s’y fait plus rare. Une eau trop fraîche peut ralentir les reproductions et les extrêmes chauds ou froids peuvent être mortels.

Les paramètres de pollution

Les paramètres N02, N03 et NH4 déterminent la pollution de votre aquarium. Les nitrites (N02) sont mortellement toxiques et doivent toujours être maintenus à zéros. Les nitrates (N03) ne sont pas toxiques pour une majorité d’espèces en dessous de 25mg/L.

Les nitrites sont la transformation de l’ammoniaque et sont toxiques. Il doivent toujours être maintenus à zéros, le danger est réel à partir de 0,3. En cas de pic de nitrites, les poissons remontent piper l’air à la surface et peuvent en mourir sous quelques heures.

Les nitrates sont la transformation des nitrites et sont non toxiques à moins de 25mg. Ils sont produits dans l’aquarium par la dégradation de tout éléments organiques (déjections, reste de plantes, poissons morts, reste de nourriture…). Les nitrates sont les principaux nutriments des plantes. En trop grandes quantités, ils provoquent l’apparition d’algues et peuvent être dangereux pour les poissons. Cependant, le maximum autorisé en eau de conduite est de 50mg/L. Ces taux records sont atteint principalement à proximités de zones agricoles. Cela explique aussi l’importance de vérifier que l’eau de votre robinet est propre à l’aquariophilie.

Les différents types de tests d’eau

Les tests d’aquarium en gouttes pour des analyses précises et fiables.

Pourquoi choisir les tests en gouttes ?

Ils sont plus fiables et plus précis que les bandelettes. Il existe même des déclinaisons pour le pH par exemple pour avoir des résultats toujours plus précis. En fonction des paramètres à évaluer ils seront plus ou moins utiles. Une analyse pour les N02 doit être extrêmement précise car les nitrites sont toxiques dès 0,3 mg/L mais il faut pouvoir les détecter.

L’avantage des gouttes est leur précision donc pour le pH et le N02 c’est la solution qui me semble la plus adaptée.

Prendre une mallette quand on débute :

Je vous recommande vivement de prendre une mallette de tests en gouttes elles contiennent des batteries de tests, les indispensables sont N02/N03/PH/GH/KH. Ils peuvent être achetés séparément des kits même si je vous recommande largement de prendre une mallette et de compléter les tests manquants le prix final est souvent plus intéressant. De plus on gagne quelques tests supplémentaires dans l’affaire qui pourront nous être utiles plus tard.

Pour ma part j’utilise une mallette JBL ainsi qu’un test GH complémentaire car non présent dans ma boite. Le livret qui s’y trouve est complet et simple d’utilisation. Elle est la mallette la plus répandue et est très bien pour un débutant.

En terme d’équipement le mieux est d’avoir une mallette JBL accompagnée d’un test GH assortit, elle est très bien pour les débutants et très répandues parmi les aquariophiles. Le pH et le N02 sont inclus dans la mallette ainsi que les autres tests de base (sauf GH).

Les tests aquariophile en bandelettes pour des analyses régulières/pratiquent/économiques

Les bandelettes permettent de faire environ 6 tests en quelques minutes et de couvrir les paramètres principaux de l’eau. Ce système bien que moins cher et plus pratique à utiliser reste moins précis. Pratique pour faire des tests de contrôle régulier mais insuffisant pour un examen approfondi en cas de problème.

Les plus :

Elles permettent une analyse rapide et globale de vos paramètres. C’est pratique vis à vis des tests en gouttes qui pourraient vous prendre pas mal de temps si vous avez besoin de tous les faires. Elles sont 2 à 3X moins cher que les gouttes et permettent de voir tous les paramètres de base.

Les moins :

Elles ne sont pas réputées fiables ni très précises. Pour ma part je n’en utilise pas car je suis passée de pas de tests du tout aux gouttes directement. Elles ne couvrent que les paramètres de bases et sont très limitatives.

Ce sont des tests rapides et pratiques elles analysent le minimum. Mais pour faire des tests réguliers de surveillance c’est suffisant.

De plus, ces tests peuvent sécher, se mélanger entre eux,

Le thermomètre

Il est important d’en avoir un même si votre chauffage est réglable. Votre matériel peut tomber en panne ou s’emballer et vous devez pouvoir être averti au plus vite. En général, c’est plus utile l’été pour savoir quand l’eau devient trop chaude. Entre thermomètre classique et numérique, une large gamme s’offre à vous. Si le numérique gagne en précision et lisibilité, le classique ne bug jamais.

Vous avez maintenant un minimum de connaissances concernant l’analyse de l’eau. Il faut prendre le temps de connaître un peu mieux chaque paramètre mais j’espère que vous avez une idée globale des choses que vous devez savoir. Il existe d’autres paramètres qu’on verra plus tard, il vous faut d’abord maîtriser ce socle. Vous pourrez vous servir de ces connaissances dès l’acquisition de l’aquarium. J’espère que vous en ferez bon usage et que vous n’hésiterez pas à pousser plus loin cet apprentissage.

Les autres articles sur le Matériel Aquariophile

Comment tester l'eau de son aquarium ?Didier Crick
Quel matériel aquariophile choisir?
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *